Dans la famille des cultures urbaines, l’on parle souvent des arts urbains et le graffiti. Ce sont deux termes étroitement liés que l’on a du mal à donner leurs significations respectives. Si vous lisez cet article, il vous informe sur ces deux termes et le lauréat du prix graffiti 2018.

Les arts urbains : graffiti et street art

Si l’on se réfère aux arts urbains, il s’agit des formes d’art relatives à la ville. Ils parlent de l’art, conçu pour le milieu urbain, dans les endroits publics ou dans la rue. Cet art que l’on appelle autrement street art fait partie des mouvements artistiques contemporains. Il englobe nombreuses techniques comme le graffiti rapide sur le mur. Ce dernier est une technique qui laisse une trace, elle vise à marquer une inscription. C’est la manifestation de soi, elle véhicule un message : je suis passé par ce lieu ou cet endroit. Cette technique artistique est la signification d’une expression personnelle désintéressée.

L’art urbain est l’expression de ″ l’art éphémère ″. En matière de design, ″ l’art éphémère ″ est une œuvre dont la disparition ou la détérioration est connue en avance par son auteur, quelles que soient ses causes, éléments naturels… En fait, il est question de l’éphémère dans l’art ou encore de l’éphémère de l’œuvre dont on parle.

Doudou’style : le lauréat du prix graffiti de l’année 2018

Ils sont trois, qui ont gagné les prix du graffiti 2018, Doudou’style, SAYPE artiste et Ioye one. Pour DOUDOU’STYLE, il commençait à s’intéresser de cette technique artistique, après avoir pris le train pour se rendre à Paris, au cours duquel, il voyait des trains et des murs graffés ; cela du moment où il intègre l’école de prépa. Il quittait l’école après une année seulement. Il souhaite intégrer des écoles publiques d’art, mais ce nouveau projet est devenu pour lui un parcours impossible. À la suite de quoi, il se rendait compte qu’il peut y arriver par lui-même, c’est pourquoi, il est devenu autodidacte. Il acquérait des connaissances grâce à l’aide de ses amis et de nombreux artistes qu’il rencontrait. Le panda est la base de la plupart de ses œuvres par la force tranquille dont dispose cet animal, à la fois docile et féroce. Ses taches symbolisent les deuils, le noir qui entoure ses yeux vient de ses larmes, par contre, celles qui sont sur ses bras sont signe de réconfort.