Chaque fois qu’on entends parler de graisses, on pense immédiatement à des aliments qui sont nocifs pour notre santé et qu’il faut éviter complètement. Cependant, ce n’est pas vrai.

Les graisses jouent un rôle important pour le bon fonctionnement de notre corps, entre autres : “protection des organes contre les chocs mécaniques, apport d’énergie, maintien de la température corporelle, production d’hormones, maintien de la structure cellulaire, transport des protéines, entre autres. En outre, ils rendent la plupart des aliments plus savoureux”, souligne Pâmela Miguel, nutritionniste à la clinique de nutrition fonctionnelle de São Paulo.

Selon le nutritionniste, le secret pour obtenir les bienfaits des graisses réside dans la quantité et le type de graisse qui sera consommée.

La “Bonne” graisse

Les “bonnes” graisses populaires sont en fait des graisses insaturées (divisées en polyinsaturées et monoinsaturées). Selon la nutritionniste Pâmela, en plus de remplir les fonctions mentionnées ci-dessus, elles apportent d’autres bienfaits pour la santé.

Amélioration du système immunitaire 

Ils aident à maintenir un taux de cholestérol correct en réduisant le cholestérol dit mauvais (LDL) et en augmentant le cholestérol dit bon (HDL) ;

Ils réduisent les triglycérides sanguins ;

Ils préviennent les maladies cardiovasculaires ;

Ils améliorent la circulation sanguine.

Pâmela Miguel souligne également que les omégas 3,6 et 9 connus font également partie de cette catégorie de graisses et, parmi les avantages qu’ils offrent, on peut souligner

Améliore la santé du système nerveux (améliore la mémoire, la concentration et réduit le risque de maladies neurodégénératives) ;

Fonction anti-inflammatoire

Le nutritionniste souligne toutefois que pour que les omégas 3, 6 et 9 puissent exercer cette fonction anti-inflammatoire dans l’organisme, ils doivent être en équilibre dans le corps. “Mais, en général, la consommation d’oméga 6 est beaucoup plus élevée, ce qui déréglemente cet équilibre et nuit à l’action anti-inflammatoire”, dit-elle.

Où trouver les “bonnes” graisses ?

Pâmela Miguel souligne que les graisses insaturées se trouvent dans les aliments suivants :

Huile d’olive (extra vierge et consommée à froid) ;

Huiles végétales : huile de lin, huile de tournesol, huile de maïs, huile de soja, huile de sésame, huile de macadamia, huile de noix du Brésil, huile de pépins de courge, huile de tournesol, etc.

15 aliments aphrodisiaques qui vous feront escalader les murs

Des fruits comme l’avocat et l’açaí ;

Les olives ;

Oléagineux : noix du Brésil, noix, macadamia, noix de cajou, amandes ;

Graines de tournesol, graines de sésame, graines de lin, graines de chia ;

Poissons d’eau profonde : sardine, maquereau, anchois, etc ;

Les huiles de poisson.

La “mauvaise” graisse

En revanche, les “mauvaises” graisses appartiennent à un type de graisse qui provoque des changements dans l’organisme qui n’ont pas de conséquences bénéfiques. “Malgré cette caractéristique, dans la plupart des cas, c’est la consommation excessive de ce type de graisse qui nuit à la santé et pas seulement le type de graisse”, affirme Pâmela Miguel.

Parmi les “mauvaises” graisses, on trouve les graisses saturées d’origine animale. “Leur principal avantage pour la santé est l’augmentation du taux de cholestérol, principalement en augmentant le mauvais cholestérol (LDL) et en réduisant le bon cholestérol (HDL) – ce qui agit comme un déclencheur d’autres maladies, notamment cardiovasculaires. Ce type de graisse augmente également les processus inflammatoires du corps”, dit-il.

Un autre type de graisse considéré comme nocif est le gras trans. “Il est produit industriellement en modifiant les graisses insaturées (“bonnes”), qui sont transformées en mauvaises graisses et ne sont pas reconnues par l’organisme. Ils augmentent également le mauvais cholestérol (LDL) et réduisent le bon cholestérol (HDL), ce qui sert de déclencheur à d’autres maladies, notamment cardiovasculaires. Et ils augmentent également les processus inflammatoires de l’organisme”, explique le nutritionniste.

Les graisses saturées, considérées comme mauvaises, se trouvent dans les aliments d’origine animale : viande, lait, fromage, beurre. Et les gras trans se retrouvent dans la plupart des aliments industrialisés, comme les biscuits farcis, les gâteaux, les bonbons, la margarine, entre autres.

Sarrasin : connaître les bienfaits et voir comment l’utiliser dans les recettes

Cholestérol total X LDL X HDL

Et puisque la consommation de graisses est étroitement liée au cholestérol présent dans notre corps, il est essentiel de comprendre la relation entre les deux questions.

Pâmela Miguel explique que le cholestérol est un composé qui a des fonctions dans notre corps, mais que l’élévation ou le déséquilibre de ses fractions est préjudiciable à la santé.

“Pour être transporté par le sang, le cholestérol dépend de véhicules, appelés lipoprotéines. Ils transportent le cholestérol vers son lieu d’action pour qu’il puisse remplir sa fonction. Les principales lipoprotéines sont le cholestérol LDL et le cholestérol HDL”, explique le nutritionniste.

Le cholestérol LDL est connu sous le nom de “mauvais cholestérol” car il est associé aux maladies cardiovasculaires. “Lorsqu’il y a un excès de LDL dans l’organisme, celui-ci – parce qu’il est le principal véhicule du cholestérol – finit par déposer l’excès dans la paroi des artères, ce qui entrave la circulation sanguine, peut entraîner l’obstruction de l’artère et des complications cardiovasculaires”, explique Pâmela.

Bicarbonate de sodium : connaître ses bienfaits et ses principales utilités

Le cholestérol HDL, connu sous le nom de “bon cholestérol”, a la fonction inverse du cholestérol LDL, en éliminant le cholestérol de la paroi artérielle et en l’amenant au foie où il sera métabolisé. Ainsi, le cholestérol HDL agit comme un protecteur contre les maladies cardiovasculaires.

“Il est important de se rappeler que, selon l’état nutritionnel, le régime alimentaire et la maladie d’un individu, les LDL et les HDL doivent être analysés avec soin. Car toute modification du cholestérol peut être nocive à certains moments”, explique Pâmela Miguel.

Vous savez maintenant à quel point les graisses sont importantes pour votre corps et vous savez que le gros problème est de les consommer à l’excès. Le conseil est de parier davantage sur les aliments qui fournissent de “bonnes” graisses, et d’éviter ceux qui offrent de “mauvaises” graisses. Pour cela, il est important de toujours avoir les conseils d’un nutritionniste, qui vous indiquera quelle est la quantité de consommation appropriée pour votre cas.